4228 radios référencées
Lexique
 A   B   C   D   E   F   I   J   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   V   liste entière 

Actif : Un réseau diffuse en actif dans une ville lorsqu'une antenne locale effectue des décrochages dans cette ville. La diffusion en actif permet de diffuser de la publicité locale, à condition de réaliser également un programme d'intérêt local (quelques heures par jour, selon la convention). De plus, les stations locales doivent fournir chaque année un bilan de l'exercice passé et des enregistrements des émissions.

Airplay : Classement rendant compte des rotations d'une radio après diffusion.

Annonceur : Société qui achète des espaces publicitaires.

AM : Modulation d'amplitude. Regroupe les ondes longues (LW), moyennes (MW) et courtes (SW). L'AM est souvent assimilée uniquement aux ondes moyennes, à tort. La qualité sonore est bien inférieure à celle de la FM, mais des évolutions techniques permettront certainement d'améliorer ce point négatif dans les prochaines années. De nouvelles radios tentent d'ailleurs d'éclore en ondes moyennes (Ciel AM, Littoral AM, ...).

Appel à candidature : procédure du CSA invitant des opérateurs à proposer des dossiers afin de se voir attribuer une ou plusieurs fréquences, selon celles qui sont disponibles. Ces appels ont lieu région par région, tous les 5 ans.


Banque de programme : lorsqu'une radio locale n'a pas les moyens ou la volonté de réaliser 24h sur 24 ses propres programmes, elle diffuse une banque de programme à laquelle elle s'est abonnée. Ce programme n'est pas identifié, et les radios ont la possibilité d'y insérer des espaces de publicité et des jingles grâce à des systèmes automatisés.
Les principales banques de programme sont A2PRL (ex-AFP Audio), Sophia (Radio France) et Abysse. Notons que certaines identifient quand même leur programme à l'aide d'un slogan ("l'Essentiel" pour l'AFP Audio par exemple).

Bed : fond musical sur lequel l'animateur d'une radio parle (par exemple lors des journaux d'informations).


Cache-écran : sur un réseau, morceau de musique qui sert à combler un écran-pub local pour les villes qui n'effectuent pas de décrochage local. Ce "disque compacté" est en général formaté à une durée fixe (3mn, 3mn30 en général), de façon à ce que les stations locales aient des écrans-pub de durée fixe.

Catégories : 5 catégories ont été définies par le CSA pour classer les radios :
  • Catégorie A : radios locales associatives
  • Catégorie B : radios locales commerciales indépendantes
  • Catégorie C : radios locales commerciales diffusant le programme d'un réseau national (diffusion en actif).
  • Catégorie D : radios commerciales nationales (diffusion en passif).
  • Catégorie E : radios généralistes

  • NB : les radios du service public n'entrent pas dans ces catégories. On les classe souvent dans une catégorie F non officielle.

    Cible : Catégorie de population visée par une radio : âge, cadre socio-professionnel, ...

    Conducteur : liste chronologique des titres musicaux et des interventions planifiés pour une émission donnée. Ce document sert à guider et à suivre le bon déroulement d'une émission entre animateurs et réalisateurs.

    CSA : Conseil Supérieur de l'Audiovisuel : instance de régulation de l'audiovisuel français. Un des services du CSA est uniquement consacré à la radio. La Lettre du CSA (mensuelle), ainsi que le Journal Officiel, publient les décisions prises par le CSA.
    Site du CSA : www.csa.fr

    CTA : Comité Territorial de l'Audovisuel : Bureau régional du CSA, lançant notamment les appels à candidatures et vérifiant le respect des programmes des radios selon leur convention signée avec le CSA. Ils ont remplacé les CTR (Comités Techniques Radiophoniques) en 2011.


    DAB : Digital Audio Broadcasting, ou bien en français, la radio numérique.
    Voir notre dossier ici.

    Décrochage : Sur une fréquence active d'un réseau, programme local réalisé par une antenne locale. Désigne également l’instant où se réalise la prise d’antenne par la station locale.

    Donut : bed avec une identité chantée de la radio en début et en fin. Terme employé à l'origine dans les radios US, ce mot anglais signifiant "beignet". En effet, le speak de l'animateur est pris en sandwich par l'identification de la station.


    EBU : European Broadcasting Union. Fondée en février 1950 par les pionniers de la radio et télévision en Europe de l'Ouest, l'EBU est basée à Genève. Elle est chargée - entre autres - de négocier pour ses membres, les droits de diffusion d'événements sportifs, l'organisation de l'Eurovision et de l'Euroradio, et d'organiser des échanges d'émissions entre stations. Les bureaux de Bruxelles représentent les intérêts des stations publiques devant les institutions européennes.
    L'EBU est à l'origine de la plannification actuelle de la bande FM : 88-108 MHz. Aujourd'hui, elle est impliquée dans le RDS, le DAB, la DVB (télévision numérique) et la HDTV (télévision haute définition).

    Ecran pub : à la radio, ce terme est l'équivalent d'une page de publicité à la télé.


    FM : Modulation de fréquence (Frequency Modulation). Possibilité d'émission en stéréo. La bande FM a été libérée en 1981 en France, après que des radios pirates l'aient envahie, en contestation du monopole d'Etat.
    En France, les fréquences réservées aux radios vont de 87,5 à 108 MHz. Ce mode de diffusion est celui privilégié par les radios françaises, à cause de l'excellente qualité sonore, et malgré la faible puissance des émetteurs.

    Format : Une radio adopte un format (musical, news & talk, thématique, ...) en fonction de la cible qu'elle vise.

    Fournisseur de programme : Autrefois, nom des radios nationales qui proposaient leur programme à des radios locales afin de les aider à compléter leur programme propre. Aujourd'hui, les radios locales diffusant de tels programmes sont de plus en plus intégrées au réseau, n'ayant plus de nom propre et étant souvent des filiales des radios dont elles diffusent le programme.

    FSER : Fonds de soutien à l'expression radiophonique. Principale ressource financière des radios associatives de catégorie A, ce fonds verse une subvention annuelle aux radios qui y souscrivent. Ce fonds est notamment alimenté par une taxation des publicités des radios privées.
    Tout savoir sur le FSER : http://www.ddm.gouv.fr/fser/


    Identifié / non identifié : un programme est non identifié lorsqu'il ne diffuse aucun nom de radio sur son antenne. A l'inverse, un programme identifié diffuse le nom de la radio.


    Jingle : identifiant musical ou vocal d'une radio, diffusé au milieu du programme de la station (entre 2 disques, entre 2 interventions...) afin de la reconnaître.


    Liner : jingle a capella utilisé généralement sur les introductions des disques.


    Médiamétrie : Institut de sondage qui mesure l'audience des radios plusieurs fois par an. L'enquête "75000+" mesure l'audience nationale. Ses résultats sont publiées les 15 novembre (période septembre-octobre), 15 janvier (période novembre-décembre), 15 avril (période janvier à mars) et 15 juillet (période avril à juin) de chaque année. Les résultats pour l'Ile-de-France seule sont publiés 2 fois par an.
    Seules ces deux enquêtes font l'objet d'un communiqué de presse, relatant une partie des chiffres (audience cumulée, part de volume d'écoute, durée d'écoute par auditeur). Les chiffres complets (résultats par quart d'heure, profil des auditeurs...), ainsi que les résultats des enquêtes régionales en province (appelées "Médialocales"), ne sont communiqués qu'aux radios qui les ont achetés.
    Site de Médiamétrie : www.mediametrie.fr

    Mise en demeure : avertissement du CSA à une radio lors de manquements à sa convention. En cas de récidive, une mise en demeure peut conduire à une interdiction d’émettre, temporaire ou définitive.

    Mono : les signaux diffusés sur la voix droite et la voix gauche sont identiques.


    Nuit bleue : Lorsque le CSA modifie les plans de fréquences d'une région donnée, la transition a lieu lors d'une "nuit bleue". Lors de cette nuit bleue, une partie (voire la totalité) des fréquences est remise à plat, donnant lieu à des coupures d'émetteurs qui peuvent durer de quelques secondes à plusieurs heures. La dernière nuit bleue a eu lieu en 1992.


    OIRT : Organisation Internationale de Radio et Télévision. Organisation fondée dans les années 1960 et réunissant tous les pays de l'ancien bloc communiste pour défendre les intérêts des radios et télévisions de ces pays, à l'instar de l'EBU en Europe de l'Ouest.
    L'OIRT a mis en place la bande basse de la FM (OIRT FM low band) : 66-74 MHz. Cette bande est aujourd'hui peu à peu abandonnée, les pays d'Europe de l'Est souhaitant une compatibilité avec l'Europe de l'Ouest.
    L'OIRT a fusionné avec l'EBU en 1993.


    P.A.R. : Puissance Apparente Rayonnée.C'est la puissance effective d'une station radio qui découle de la puissance de l'émetteur en déduisant les pertes des filtres et du câble coaxial et en rajoutant, le cas échéant, le gain de l'antenne. Elle s'exprime en W (Watts) ou KW (Kilowatts). Le CSA indique toujours la P.A.R. d'une radio comme un des éléments majeurs du cahier des charges techniques d'une autorisation.

    Passif : un réseau diffuse en passif dans une ville lorsqu'aucun décrochage local n'a lieu.

    Play-list : liste des titres les plus fréquemment diffusés sur une radio.


    Quotas : Une loi de 1994 proposée par le député Michel Pelchat et votée par l’Assemblée Nationale impose depuis 1996 aux radios de diffuser en journée 40% de chansons d'expression française, dont la moitié de nouveaux talents ou de nouvelles productions. Entre dans cette catégorie les artistes n'ayant pas plus de 2 disques d'or à leur actif et les nouveaux titres sortis dans les 6 derniers mois (étendu à 9 mois fin 2011).

    La loi a depuis été assouplie afin de donner plus de libertés aux radios aux formats golds ou au contraire jeunes. Ainsi les stations peuvent désormais choisir entre 3 formules après accord avec le CSA :
    - 40% de chanson française dont 20% de nouveaux talents ou nouvelles productions (la régle originale)
    - 60% de chanson française dont 10% de nouveaux talents ou nouvelles productions (la formule golds)
    - 35% de chanson française dont 25% de nouveaux talents ou nouvelles productions (la formule jeunes).

    Une chanson compte comme un quota français lorsque la majorité de ses paroles (plus de 50%, au mot près) est en langue française. Un titre doit également avoir une durée minimale de diffusion pour être comptabilisée. Jusqu'en novembre 2011 cette durée était de 1 minute 10 secondes et certaines radios ont profité de cette relative clémence de la loi pour diffuser de simples extraits afin de respecter leur contrainte de diffusion. Face à la colère de l'industrie du disque sur ces dévoiements la durée minimale a alors été allongée à 2 minutes.

    Toujours en novembre 2011 la définition des heures de journée a été revisitée. Alors que jusque là les radios devaient mettre en application les quotas entre 6h30 et 22h30 du lundi au dimanche, elles doivent désormais les respecter de 6h30 à 22h30 du lundi au vendredi et de 8h00 à 22h30 le week-end. En effet, les quotas étant mesurés de manière mensuelle et non quotidienne, les petits matins du week-end devenaient des niches à chanson française pour certaines radios à l'heure de la grasse matinée...

    Le CSA vérifie le respect de la loi de manière permanente sur l'ensemble des radios nationales, et tous les mois de manière tournante et secrète sur 4 radios régionales, les mauvais élèves se trouvant audités plus régulièrement. Les audits étaient réalisés jusqu'en 2010 par la société Yacast, le CSA lui a ensuité préféré la société Kantar Média. En cas de faute, le CSA peut adresser des mises en garde voire des mises en demeure aux radios, parfois accompagnées d'amendes.


    Raccrochage : fin d'un décrochage local, retour du programme national (sur une fréquence active).

    RDS : Radio Data System. Système permettant l'affichage du nom de la radio sur le poste et le changement automatique de fréquence lors d'un déplacement (autoradio). D'autres informations peuvent être diffusées, soit sur l'écran du récepteur, soit directement dans les enceintes, à la place du programme radiophonique.
    De plus amples explications dans notre dossier RDS.

    Régie publicitaire : elle s'occupe de vendre les espaces publicitaires d'une ou plusieurs radios privées. Une même régie commercialise généralement les radios d'un même groupe. On trouve des régies au niveau national et local.

    Réseau : A l'origine, groupement de radios locales portant le même nom et la même couleur de programmes. Depuis l'arrivée des transmissions satellite vers 1986, les stations locales se contentent de diffuser le programme parisien, conservant quelques heures de programme local quotidiennes. Un réseau désigne donc plus simplement aujourd'hui une radio nationale, qu’elle possède ou non des antennes locales. Des radios locales devenues grandes forment également des réseaux régionaux (Alouette, Contact FM, Vibration, ...).


    Sonal : terme français utilisé pour traduire le mot "jingle".

    Speak : intervention d'un animateur

    Stéréo : distribution du son différente entre les voix de droite et de gauche du signal.


    Tapis : fond musical sur lequel l'animateur d'une radio parle (idem : bed).

    Top horaire : jingle marquant le début d'une nouvelle heure sur certaines radios.


    Virgule : son marquant une transition en radio (par exemple : marquant le début d'un écran pub).

    Voice-track : système de diffusion automatisé des disques et des interventions des animateurs, ces dernières étant préenregistrées. Ce système permet de réduire les coûts de fonctionnement des radios grâce à une économie de personnel, tout en gardant un aspect de direct à l'antenne.




     
     Nouveautés

    Ajout de la définition de la P.A.R. (Puissante Apparente Rayonnée)

     La communauté
    Pour compléter cette liste de vos précisions et autres définitions, contactez-nous .


    > D'autres termes à nous suggérer ? Contactez-nous !


    © SchooP - 2000-2017 - Reproduction interdite sans autorisation