4335 radios référencées
4 La régulation : les radios locales privées (RLP)

Après son élection à la présidence de la République, François Miterrand tient ses promesses, et à l'aide de Georges Fillioud, son ministre de la communication, il autorise les radios libres à émettre en leur interdisant cependant la publicité, une trop forte puissance d'émission et la constitution de réseaux.

S'ensuit un véritable problème de place sur la bande FM, notamment à Paris où plusieurs radios doivent se partager des fréquences, ce qu'elles acceptent souvent difficilement, du fait de certains mariages parfois bizarres.

Les radios rencontrent aussi des problèmes de financement et ont parfois recours à de la publicité déguisée. Certaines sont sanctionnées (saisies, brouillages) pour leur trop forte puissance d'émission (RFM) ou tout simplement parce qu'elles ne sont pas ou plus autorisées.

Reste aussi des problèmes techniques et de contenu : gardant souvent un contenu revendicateur, beaucoup d'amateurisme faute de véritable formation et des moyens d'émission faibles, beaucoup de radios sont difficilement audibles par le grand public. Certains, bien loin de l'esprit des radios libres, pensent depuis le début que la radio peut servir à gagner de l'argent, et ce sont souvent eux qui arrivent à se distinguer de ce brouhaha en proposant des programmes pouvant plaire au plus grand nombre, une sélection des animateurs et des disques (dans la mesure de leurs moyens).

Cependant les associations de radios réclament à l'Etat des subventions ou le droit à la publicité, la question de leur financement restant dans l'impasse.


 
 
 Les chapitres
 La communauté
Pour tout commentaire sur cette histoire de la FM, cliquez ici .


> Des précisions ? Vos commentaires ? Contactez-nous !


© SchooP - 2000-2017 - Reproduction interdite sans autorisation