4273 radios référencées
Fun Radio (FUN) (75)
| Fiche | Histoire | Sons | Logos | Publicités | Photos |

Ville : Paris
Début : 1985


Réseau national privé créé en 1985 et aujourd'hui propriété du groupe RTL.

FUN naît en 1985 d'une scission de franchisés au sein du jeune réseau NRJ. Le 2 Octobre 1985, 6 stations locales NRJ (Montpellier, Bordeaux, Carcassonne, Toulouse, Nancy, Grenoble) ainsi qu'une station locale Chic FM (Nice) font sécession et forment un nouveau réseau baptisé "FUN". Ce putsch au sein même d'NRJ est l'oeuvre d'Éric Péchadre, Pierre Lattès (deux membres de la direction nationale d'NRJ) et Jean-Baptiste Blanchemain (directeur d'NRJ Montpellier). Comprenant qu'ils peuvent créer leur propre affaire, ils ont préparé ce revirement soudain dans le plus strict secret : même les animateurs des stations ne l'apprennent que le jour même. La diffusion satellite à l'époque inexistante, toutes les radios font leur propre programme, cependant dicté par Pierre Lattès depuis Paris. La société qui gère Fun à cette époque s'appelle la COFIRAD.

Bien développé dans le sud, FUN connaît cependant rapidement des difficultés financières. Elle est rachetée en septembre 1987 par le groupe Hersant, alors propriétaire du réseau Chic FM. Les deux réseaux fusionnent début septembre 1987 sous l'appellation "Fun Radio". A Paris, Chic FM, à peine réautorisée sur la fréquence 101.9 MHz par la CNCL, diffuse immédiatement le programme Fun Radio. L'instance de régulation, non avertie de ce changement de nom, demandera à la radio des explications sur la diffusion de ce programme non autorisé ! Depuis cette époque et encore aujourd'hui, Fun Radio est gérée par la société anonyme SERC, acronyme pour Société d'Exploitation de Radio Chic, et qui avait donc absorbé la Cofirad.

A l'occasion de cette fusion, Fun Radio s'installe dans ses locaux historiques des années 90, ceux de feu-Chic FM, les anciens studios de la maison de disques d'Eddy Barclay, au 143 avenue Charles de Gaulle à Neuilly-sur-Seine. Les bâtiments sont sur plusieurs étages, les studios étant au sous-sol et les bureaux aux étages. Depuis que Fun Radio a quitté ces locaux en 1999, le bâtiment abrite un supermarché à son rez-de-chaussée et ce, à la place de l'entrée mythique de la station autrefois surmontée de son logo géant rétroéclairé.

En 1988 et suite à cette fusion, Fun Radio dispose de 97 stations affiliées ou franchisées, ce que fait de Fun Radio l'un des plus grands réseaux français en nombre d'émetteurs. Cependant, son audience reste faible et la radio fait toujours face à des difficultés financières. La radio souffre d'être perpétuellement dans l'ombre de sa rivale historique, NRJ, dont elle ne fait qu'imiter le concept sans grande saveur et avec une bien moindre notoriété.

L'arrivée de Benoît Sillard à la direction en octobre 1989 (et le départ des trois fondateurs) révolutionne la station : ayant le choix entre liquider la station, la revendre (NRJ est candidate), ou la relancer, il choisit la dernière solution, avec tout de même un sévère plan social, la société passant de 100 salariés à une trentaine. Il donne pour la première fois un véritable concept à la station : en 1991, Fun Radio débauche Arthur, alors inconnu, de Skyrock et le charge de relancer ses matinales avec une émission très provocatrice. L'audience décolle, on ne parle que d'Arthur dans les cours de lycée. Fun Radio atteint les 5% d'audience cumulée, un score historique.

Mais Arthur, devenu célèbre, "lâche" Benoît Sillard un an plus tard pour rejoindre Europe 1. Ce dernier trouve un nouveau concept importé des États-Unis : en septembre 1992 naît Lovin'Fun (à l'origine "Love Line"), libre-antenne sulfureuse animée par Difool et Doc, l'ami et pédiatre de famille de Benoît Sillard. Lovin'Fun fait encore accroître la popularité et l'audience de la station. Fun Radio est la radio la plus écoutée après 20h.

Hersant souhaite cependant se séparer progressivement de la station : la CLT (groupe d'RTL) entre en 1993 dans le capital de Fun (59,07 % Hersant, 30.43 % CLT, 10,5 % Métropole TV). En 1994, Fun a 147 fréquences. La libre-antenne, désormais l ímage de la station, se développe tout au long de la journée. Musicalement, le rock prend le dessus : les libres-antennes osés et ce choix musical en font une radio "rebelle", avec un public très jeune (majorité de 15/20 ans). La radio engrange enfin des bénéfices, notamment après l'affaire Lovin'Fun (l'émission, menacée de censure par le CSA, est défendue par ses auditeurs et obtient gain de cause. La radio, qui a fait la une des quotidiens et a reçu le soutien de ministres, a ainsi bénéficié d'un véritable coup de pub qui lui fait dépasser les 9% d'audience quelques mois plus tard).

La radio conserve son format, mais ce dernier finit par s'essoufler : Benoît Sillard a beau élargir la couleur musicale ("le meilleur mix") et réduire la libre-antenne, l'audience baisse, et l'auditoire reste déséspérément trop jeune pour intéresser les annonceurs. Benoît Sillard a sans doute réagi un peu tard, de plus beaucoup de ses réformes ont mal été interprétées par ses auditeurs. Ses mesures font aussi partir Difool, animateur vedette et directeur d'antenne, sur la concurrente Skyrock ainsi que d'autres animateurs, souvent présents depuis longtemps (Bill, parti sur Europe 2 puis France Bleu).

Le président ne prend pas la bonne direction en 1996, en voulant créer tout un système Fun, très coûteux : Fun TV (Fun Radio filmé) ou encore les Fun Music Systems, ces cafés Fun qui n'auront pas le temps de voir le jour : Fun de nouveau dans le rouge, le patron est remercié en 1997 par la CLT et laisse sa place à Axel Duroux, le PDG talentueux d'RTL 2. Celui-ci recrute Sam Z, star d'NRJ, en tant que directeur des programmes. La libre antenne est réduite à son minimum (fin de Lovin'Fun), et la programmation musicale est réétudiée : le 10 décembre 1998, un nouveau format groove-dance est mis en place, et l'audience finit par se stabiliser. Axel Duroux part de Fun Radio en laissant une radio en forme, et gardant malgré tout son esprit d'origine. Certains regrettent cependant beaucoup la période "rebelle et grunge"de Fun Radio.

En 2000, Arthur revient sur Fun Radio afin d'y animer les après midi avec Manu Lévy.

En 2001, Victor prends la direction d'antenne.

En 2002, Fun Radio retrouve sa voix d'antenne de sa période "grunge" (Emmanuel Curtil), et abandonne son slogan de "première radio groove'n dance" pour "Du Hit et du Fun", signe d'un élargissement de la programmation musicale. Une importante baisse dans les sondages la fait revenir à un format dance et RnB début 2004.

En 2004, Cauet anime les matinales alors qu'Arthur part sur Europe 2.

En 2005, le format évolue vers le "soul & dance".

En 2007, Fun radio devient le "son dance floor".

En 2008, Cauet parti sur Virgin radio est remplacé par Manu Lévy.

Au tournant des années 2010, Fun Radio semble ne pas traverser la crise des radios musicales. Forte d'un programme musical dance bien identifié et ultra thématisé, et de la même manière que Skyrock et son format musiques urbaines, elle bénéficie d'une audience solide et talonne aux côtés de sa consoeur rap, la radio toujours leader NRJ, mais en difficulté.

Slogans :

  • 1985 : Changez d'énergie sans changer de fréquence. / Tant qu'il y aura des piles.
  • 1986 : La radio complètement Fun.
  • 1987 : La radio sensations.
  • 1988 : La meilleure radio.
  • 1990 : La radio fun c'est Fun Radio.
  • 1992 : Toujours et encore plus fort.
  • 1994 : Ouvrons-la.
  • 1996 : Le meilleur mix.
  • 1998 : Pour le Fun et pour les tubes.
  • 1999 : Groove + dance = Fun. / Fun Radio donne le tempo.
  • 2001 : La première radio groove'n dance.
  • 2002 : Du hit et du Fun.
  • 2004 : Dance et RnB.
  • 2005 : Soul et Dance.
  • 2007 : le son Dancefloor
www.funradio.fr/



Fun, Fun, Fun Radio, en stéréo-o-o, Fun, Fun, Fun Radio
(Jingle - 1985)

Le star system (Max)
(Jingle émission - 2000)

Le star system (Max)
(Jingle émission - 2000)


Cliquez pour agrandir

1988
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

septembre 2005


- Ses publicités
- Ses photos




> Vous avez d'autres informations ou documents sur cette radio ? Contactez-nous !


© SchooP - 2000-2017 - Reproduction interdite sans autorisation