4273 radios référencées
Direct - Direct FM (57)
| Fiche | Histoire | Sons | Logos | Publicités | Photos |

Ville : Metz
Début : 2000


Radio créée en mai 2000 à Metz.
On y retrouve de nombreux anciens animateurs de Metz FM.

Les fondateurs sont Stéphane LEYDECKER, Yannick KUSY et Dominique RAFT.

L'actionnaire principal de Direct FM est le FC Metz, le club de football de la ville.
Les studios de Direct FM sont installés au siège du FC Metz.

En 2004, Marc Zenou (Radio Star Mulhouse et Radio Service à Marseille) a voulu rentrer dans le capital de Direct FM (candidate à l'entrée au GIE Les Indépendants).
Il avait créé le GIE Rire & Chansons et noué des liens avec le groupe NRJ.
Direct FM a décidé de ne pas le faire entrer dans son capital afin de ne pas prendre le risque de ne pas être admise au sein du GIE.

En 2011, elle obtient une fréquence sur Nancy: 92,9 MHz.

Extrait du journal Le Républicain Lorrain du 2 juin 2016 :

Stéphane Leydecker :
Radioscopie d’un pionnier de la FM
Dès son plus âge, Stéphane Leydecker s’est retrouvé aspiré par les ondes de la radio. Un petit studio « pour faire semblant », installé dans la maison de ses parents à Pagny-sur-Moselle, quelques heures passées chez Radio L, à Metz, pour assurer bénévolement le standard, les mercredis après-midi et surtout une admiration sans limite pour Max Meynier et ses « Routiers sympas » sur RTL « une voix, une personnalité et un concept de solidarité, de générosité et d’interactivité qui m’ont fasciné pendant des années ». Jusqu’au jour, où il se décide à plonger dans le grand bain, au moment même de l’avènement des fréquences locales.
Animé d’une double passion pour le sport et la radio, Stéphane aménage astucieusement son espace de loisirs, en intégrant parfaitement « avantages et inconvénients » de l’une ou l’autre de ces disciplines. Une recherche d’équilibre entre l’esprit d’équipe, au sein du Smec Handball et le voyage en solitaire, sur l’antenne de Metz FM, la radio de Jean Marie Rausch « décrocher ainsi un mi-temps l’année du bac, n’enchanta guère mes parents ». En effet Félix, le patron futé de la station, le convoque fin décembre pour lui proposer d’assurer l’antenne le 1er janvier. « Compte tenu des réveillons, des uns et des autres, aucun volontaire pour prendre le micro le premier de l’an ». Un signe du destin et surtout une merveilleuse opportunité. Examen de passage réussi, avec mention, au point d’installer Stéphane dans le fauteuil d’un animateur comblé jusqu’à l’extinction de la radio, en 1999, époque où France Bleu maille le pays avec ses fréquences régionales « la première mort des radios indépendantes et en en priorité la disparition des radios municipales comme celle de Metz. »
Complètement foot
Refusant d’abdiquer Stéphane Leydecker décide avec quelques anciens de Metz FM, dont la regrettée Dominique Raft, de créer sa propre antenne.

Mai 2000, Direct FM voit le jour, avec la complicité de Carlo Molinari, alors Président du FC Metz. L’idée contaminante de lancer une radio complètement foot, comme à Bordeaux, Marseille ou Lyon « un gain de temps phénoménal pour se constituer une audience, avec à la clé la retransmission des matchs des Grenats ». Porté par la vague des résultats plus que satisfaisants des hommes de Joel Muller, Direct FM s’impose dans le paysage radiophonique, à la vitesse de la lumière, avec malheureusement, très rapidement, un constat implacable « notre image tellement liée au FC Metz se retrouve altérée dès les premiers revers du onze messin. » A plus forte raison avec la première descente de la « Molinari team » en Ligue 2. « Un mauvais coup pour le Club, mais aussi pour la radio. » Stéphane décide alors de changer de ton et de public, en rajeunissant son auditoire et en élargissant sa zone de couverture, ouvrant même une fréquence à Nancy en 2011. Belle opération qui propulse la station à la seconde place sur les ménagères de moins de 50 ans du sondage Médiametrie sur Metz et agglomération de juillet 2015 « derrière NRJ mais surtout devant RTL, France Inter et Europe 1. »
Un positionnement flatteur lorsque l’on a donné 20 ans de sa vie à la radio. Une reconnaissance qui ne demande, désormais, qu’à croître encore avec l’arrivée, dès 2019, de la RNT « finie la bande FM, comme les Grandes ondes auparavant. »
Média complémentaire
Place au Digital et à une concurrence farouche qui favorisera, sans nul doute, les radios bien enracinées, au coeur des centres urbains. Adossée à la Régie de Pub de TF1, qui regroupe 120 radios privées, Direct FM enregistre 45% de son chiffre d’affaire avec des annonceurs nationaux. « Un matelas confortable qui ne doit pas nous inciter à nous endormir sur nos lauriers ». Bien au contraire, vu la conjoncture : « raison pour laquelle nous nous développons dans l’évènementiel, en osmose avec les quotidiens régionaux comme le Républicain Lorrain ou l’Est Républicain. ». Un axe promotionnel évident, renforcé par la capacité de la radio d’accueillir régulièrement des artistes en show case. « Lien intangible avec nos auditeurs et les maisons de production ».
S’adaptant ainsi à la réalité du terrain, à l’évolution des comportements et au développement du numérique, Stéphane Leydecker est aujourd’hui convaincu que la radio locale entre dans une nouvelle ère « nous sommes un média complémentaire idéal des journaux ou de la télévision. Nous avons par contre l’impérieuse nécessité de multiplier nos fréquences pour mieux couvrir notre zone naturelle de pénétration ». Dès 2019, l’avènement de la RNT, « qui est à la radio ce que la TNT est à la télévision » devrait accentuer le renforcement de l’impact territorial de Direct FM. Une perspective réjouissante que ce toujours jeune pionnier de la Bande FM prépare activement avec l’enthousiasme et l’énergie d’un conquérant ambitieux inspiré par cette nouvelle stratosphère.
DIRECT FM :
Une onde de choc
Depuis son bureau installé en arrière-plan du siège du FC Metz, Stéphane Leydecker puise dans ses souvenirs pour reconstruire fidèlement son parcours. Les hauts et les bas d’une aventure radiophonique passionnante émaillée de remises en question et de redéfinitions stratégiques du statut même de Direct FM. Le lien originel de la radio, avec le club du président Molinari, dans les années 2000, a permis de positionner, très vite, la station sur la bande FM : « Je serai toujours redevable au président de son engagement personnel et de sa caution morale qui ont été dėterminants lors de notre création ».
Il est vrai qu’à l’arrêt d’émission de Metz FM, la radio du maire de Metz, Jean-Marie Rausch aurait pu redouter l’avènement d’un nouveau support qu’il n’aurait pas forcément maîtrisé. Radio L, émanation du Républicain Lorrain, étant installée aux avant-postes entre Europe 1 et RTL, la nécessité d’une nouvelle antenne n’a rien de vital à l’époque. « Je me suis précisément appuyé sur l’exemple de Radio L. C’est là que j’ai fait mes premiers pas dans cet univers captivant. J’adorais les émissions de Linda Thisse, l’ambiance de cette station où l’on m’a autorisé, bien que mineur, à décrocher le téléphone. » Un vrai déclic pour l’adolescent de Pagny. Les années passées ensuite à Metz FM lui ont permis de mettre le pied à l’étrier.

Radio à cœur ouvert
La création de Direct FM en découle : « On sort tout juste de l’euphorie d’une qualification pour la Ligue des champions du côté de Saint-Symphorien ». Période idéale pour s’investir dans le sillage des Grenats, « un rôle de vitrine et de porte-voix pour un club en quête d’une véritable identité ».
Stéphane Leydecker va payer de sa personne pour soigner l’audience de son nouveau support et conquérir le confiance des annonceurs. Il multiplie les initiatives en collaboration avec le club et va être pendant dix ans le Monsieur Evènement. Un poste crucial dans le sillage de Carlo Molinari : « Animé d’un profond respect pour l’homme, j’ai pu construire une relation durable avec le président, ce qui m’a permis de conquérir sa confiance. Condition sinéquanone pour évoluer sereinement à son côté ». Dix années à rebondir sur les grands moments du club et à fouler la pelouse du stade comme animateur ou speaker les soirs de match, « une complicité fructueuse dont les effets se firent vite ressentir sur les audiences. Direct FM devenant la radio à cœur ouvert du FC Metz ». Une place de choix, mais trop étroitement liée aux performances : « Quand les Grenats s’enrhument, c’est finalement la station qui tousse ». Une interaction trop systématique qui, en période de vaches maigres, conduit Stéphane Leydecker à revoir sa propre stratégie, y compris sur le plan capitalistique : « J’ai racheté les actions du club... pour reformater librement mon antenne. Carlo Molinari conservant quelques parts au nom de notre profonde estime ».

Pousser les murs
Le départ d’une deuxième vie pour Direct FM, moins attachée aux exploits de Sakho ou de N’Gbakoto qu’aux disques d’or de Black M ou de Lilian Renaud.
« Un changement radical de couleur d’émissions en intégrant, bien sûr, les retransmissions de matchs, « le cordon n’est pas coupé avec le club. Nous évoluons en parfaite osmose, mais avec des priorités différentes ». Cette mutation a immédiatement profité à Direct FM qui n’est plus simplement la radio des Grenats, mais qui est devenue la véritable vitrine sonore de la vie messine « avec une volonté d’élargir notre audience au Sillon lorrain ». L’acquisition d’une fréquence à Nancy et l’espoir d’un positionnement futur à Épinal, dans le cadre de la RNT, accéléra cette montée en puissance, capitale pour le devenir de la station, « quitte à construire un programme autant qu’il soit relayé par le plus grand nombre des fréquences ».
C’est dans cette perspective et dans cette dynamique que Stéphane Leydecker élabore son axe de développement. La remontée du FC Metz en Ligue 1 et l’arrivée dans les deux ans de la RNT sont sans nul doute des atouts majeurs dans le jeu de Direct FM. Avec flegme et confiance, le patron de la radio mitonne quelques nouveaux aménagements, à commencer par un déménagement prochain de ses locaux. « Nous ne pouvons plus pousser les murs. Nous sommes au taquet. » Affirmation d’une indépendance plus forte par rapport à son club de cœur ou concrétisation évidente d’un succès d’antenne de plus en plus grand ? Le curseur se calant à mi-chemin, mais la volonté d’aboutir étant suspendue à une belle opportunité. Un site connu, facile d’accès, avec des capacités de parking... et une complémentarité naturelle. De quoi provoquer une belle onde de choc.
Textes : Christian MOREL



D!rect, votre radio locale à Metz sur 92.8
(Jingle - 2002)

Medley de jingles
(Jingle - 2015)


Cliquez pour agrandir

2008
Cliquez pour agrandir



- Ses publicités
- Ses photos




> Vous avez d'autres informations ou documents sur cette radio ? Contactez-nous !


© SchooP - 2000-2017 - Reproduction interdite sans autorisation