5130 radios référencées
Vibration (Radio Vibrations) (45)
| Fiche | Histoire | Sons | Logos | Publicités | Photos |

Ville : Orléans
Début : 1983



Radio d'Orléans créée en 1983
par deux étudiants, Vincent BALADIER et Bruno AMALOU. Ils préparaient alors leur projet depuis 2 ans.

Bruno AMALOU (actuel gérant et directeur de Hot Radio en Isère) est le directeur
Véronique TARIN est directrice des programmes
Jean-Eric VALLI est chargé des relations extérieures

C'est une radio associative étudiante, qui vit avec peu de moyens.
Elle émet sur 101 MHz depuis une chambre du campus de La Source depuis le 11 avril 1983. Dès ses débuts, elle émet en stéréo et c'est d'ailleurs la seule à offrir cette qualité de son à Orléans.Son émetteur au départ de 400 W passe assez vite à 2 000 W.
Son émetteur est puissant puisqu'elle est captée jusqu'à Bourges, Cosne-cours sur Loire, Vierzon ou encore Chartres. Elle est à 90% musicale. la station émet de 7h du matin à minuit puis assez souvent 24h/24, grâce à des bandes enregistrées.

Plusieurs mois après, elle s'installe dans un local, au rez de chaussée d'une HLM, près de la gare d'Orléans.
Jean-Eric VALLI arrive au sein de la radio, quelques semaines après ses débuts.
La station vit de subventions, propose des jeux avec des commerçants et distribue des cartes de soutien (Club Vibration) à l'association "Amicale de la Musique et de l'Information - AMI", pour constituer son budget mensuel de 15 000 € (achat de disques ...)

On prête souvent l'origine du nom "Vibration" aux problèmes techniques rencontrés par la radio à ses débuts. Selon des proches de Bruno AMALOU, ce nom aurait en fait été trouvé dans une documentation sur les machines à laver où il était précisé que les vibrations avaient été notablement diminuées au cours des années ! Cette même source nous précise que le nom de Vibration devait être à l'origine WFM.
En 1984, elle créée son service commercial, situé quai Saint-Laurent, résidence Madeleine.

En 1985,
Vibration devient une radio commerciale privée (SARL Centre FM).
En février 1985, elle mobilise ses auditeurs dans la rue, suite à une assignation en référé par TDF et Radio France Orléans.
Elle quitte la fréquence 101 MHz, trop proche de celle de Radio France Orléans (100.9 MHz) et s'installe sur 102 MHz.
Bruno AMALOU quitte le groupe et Jean-Eric VALLI devient actionnaire majoritaire.

A partir de 1986, elle devient un réseau, en ouvrant une fréquence à Tours et à Vierzon. Elle se développe progressivement dans toute la région Centre, puis dans les régions voisines par la suite. Elle connaît alors un grand succès dans sa zone de diffusion.
En 1987, elle regroupe toutes ses activités rue des Minimes, à l'angle de la rue du Colombier à Orléans.
En 1988, la SARL Centre FM évolue vers un statut de holding (Start) et elle se structure en plusieurs pôles d'activités liés à la radio :
- la régie publicitaire (B2V)
- la prodution de programmes
- la recherche et le consulting en programmation
- l'exploitation satellite et diffusion
- l'administration et la gestion.

En juillet 1988, elle obtient une fréquence à Gien. Elle créée la SARL Challenge, pour son développement sur la région Centre.
Jean-Eric VALLI est secrétaire général du Syndicat Interprofesionnel des Radios et Télévisions Indépendantes (SIRTI) et fut membre du Conseil d'Orientation et de Suivi de ce syndicat défendant les intérêts des radios locales et régionales indépendantes.

En 1992, elle se développe dans la région Centre en rachetant Radio Rève (société SOVECOM) à Blois et à Vendôme ; ce sera Radio Rêve programme Vibration au début, puis Radio Rêve s'effacera au profit du seul nom de Vibration.
Cette même année, elle intègre le Gie Les Indépendants (devenu Les Indés Radios) créée par son PDG Jean-Eric Valli, avec Eric Hauville (Pdg de RVS en Normandie) permettant ainsi aux radios locales et régionales de bénéficier de recettes publicitaires issues d'une offre nationale globale, fédérant aujourd'hui plus de 120 stations dans toute la France.
Fin 1992, elle reprend Radio Val de Loire, un programme complémentaire à Vibration.
En 1992, elle créée une nouvelle société exploitant une radio commerciale indépendante à Toulouse : Lazer (dont le groupe NRJ sera l'actionnaire majoritaire en 1993, pour y diffuser Rire et Chansons en 1995). Elle revend ses parts en 1994.

En décembre 1993, elle voit ses émetteurs être saisis par le CSA, suite à une infraction sur la communication.

En avril 1994, à la suite d' un accord avec le journal "l'éclaireur du Gâtinais", elle reprend, à MontargisRMVL, Radio Montargis Vallée du Loing.
En 1994, elle reprend Ado (rebaptisée depuis Swigg) à Paris.
En 1995, elle rachète RSC, Radio Stéréo Centre à Romorantin-Lanthenay pour y diffuser Vibration. Elle reprend aussi Radio Média France (RMF), mise en vente par son fondateur, à Orléans.

En 1996, la radio obtient 10.7 % d'audience cumulée en région Centre. Le groupe rachète, via sa filiale Concept Radio, la station Ado FM à Paris et la décline en une radio Hip Hop et Rnb.

En 1998, elle lance son deuxième réseau, Forum, réseau déjà implanté en Poitou-Charentes, dans lequel elle prend une participation majoritaire, sur les fréquences de Radio Média France et celles de Radio Val de Loire.
En janvier 1999, le groupe Start s'offre aussi la radio de Bordeaux, Blackbox, via l'association Canal Tropical, dont Jean-Eric VALLI et Laurent DUMAY intègrent le bureau, aux côtés du fondateur de la station Edgar GOMEZ.

Après la mise en application de la loi des quotas, la station refuse dans un premier temps de s'y plier, jugeant que cela remettait fondalement en cause le modèle de son succès. Elle reçoit des mises en demeure du CSA et, chose rare, une suspension d'émettre de 24h le 16 octobre 1998. La radio appelle ses auditeurs à manifester leur mécontentement auprès du CSA et dans la rue.

En novembre 2001, conformément à la demande de la société Start, le CSA l'y autorise à faire rentrer un nouvel actionnaire au sein de son capital. Il s'agit de la société Saint-Dominique Radio, filiale de Natexis Banque Populaire. Cette entrée au capital est également identique pour les radios Alouette dans les Pays de Loire, Contact FM dans le Nord-Pas de Calais et Radio Scoop avec la holding SAS SPA en région Rhône-Alpes. Cette introduction était inférieure à 20% du capital social de chaque société, les associés historiques conservent le contrôle opérationnel de l'association et se sont engagés à maintenir le format et la dénomination de chacune des radios.

En 2003, elle rassemble 370 500 auditeurs quotidiens dans la région Centre

En 2004, elle prend une participation dans la radio Voltage à Paris, avec la holding Sudporters, fondée avec Bertrand De Villiers (Alouette), Daniel Pérez (Scoop) et FEDERI.

En 2005, le groupe Start reprend Sud Radio, ainsi que Wit FM à Bordeaux. Il se rebaptise Sud Radio Groupe.

En 2009, Vibration ouvre sa 31ème fréquence dans l'Yonne à Auxerre sur 106,6 MHz (300 W).
Elle est diffusée dans les régions Centre, Ile de France, Pays de Loire, Bourgogne et Auvergne.

Le PDG de Vibration, Jean-Éric VALLI, est également le président-fondateur du GIE Les Indépendants, la régie publicitaire nationale de la plupart des radios locales et régionales privées en France. Ce groupement, créé en 1991 avec Eric HAUVILLE (RVS en Normandie), Daniel PEREZ (Radio Scoop à Lyon), Bertrand DE VILLIERS (Alouette créée en Vendée, et 1ère radio régionale de France en audience), et Didier RIGOT (fondateur et pdg de Contact dans le Nord-Pas de Calais), avait alors pour but de contrer l'arrivée massive des réseaux sur le marché de la publicité locale (décrochages locaux) qui souvent asséchait le marché publicitaire, parfois au moyen de méthodes aggressives de dumping (vente à pertes) jusqu'à la disparition des derniers indépendants. Le double objectif était donc 1) d'élargir la source de revenus des radios locales 2) et ce en empiétant sur les marchés des réseaux nationaux. Une façon en quelque sorte de leur rendre la pareille...

Le groupe Start, propriétaire de Vibration, s'est considérablement agrandi au cours des années 1990 et 2000, ayant des intérêts capitalistiques voire la propriété totale de nombreuses radios et réseaux régionaux parmi lesquels Forum, Ado, Latina, BlackBox, Wit FM, Sud Radio. Se présentant à travers le GIE comme le grand défenseur des programmes locaux, Jean-Eric Valli oublie souvent de souligner que dans son propre groupe, les radios locales qu'il a acquises, parfois au prix fort, sont souvent vidées de leur contenu original et profondément remaniées, et ce à la manière forte. Rapidement, la plupart des radios sont reformatées sur le plan musical avec les méthodes marketing savamment concoctées depuis Orléans (notamment au moyen d'enquêtes téléphoniques). Au niveau des contenus les programmes d'intérêt local sont pauvres voire inexistants. Les animateurs oeuvrent rarement en direct et de nombreuses interventions sont même préenregistrées depuis le siège à Orléans ou à Paris puis diffusées automatiquement par ordinateur (voice-track). Certaines voix se retrouvent d'ailleurs sur plusieurs radios du groupe... Notons que ces méthodes se sont depuis largement étendues à de nombreuses radios régionales, posant les questions de savoir jusqu'où la radio, média de direct par excellence,  peut s'automatiser et de ce qu'est une radio locale aujourd'hui.

Cet appétit grandissant en acquisitions, parfois freiné par le régulateur (abandon sur injonction du CSA de Sun FM à Lyon, 13 FM à Marseille, Arc en Ciel à Fontainebleau), conduit cependant le groupe dans une impasse financière à la fin des années 2000 : alors que les recettes historiques des radios musicales de type "juke box" se trouvent remises en cause par la concurrence d'internet et des balladeurs numériques et que Start a procédé à de coûteuses acquisitions (notamment Sud Radio), le Tribunal de Commerce d'Orléans met en place en 2009 une procédure de sauvegarde du groupe radiophonique orléannais afin d'apurer le passif de ses sociétés.

En parallèle à ces difficultés financières, le groupe se voit reprocher par certains adhérents du GIE Les Indépendants, une main-mise trop importante sur la régie publicitaire nationales des radios indépendantes, à la défaveur des plus petites radios.

En pleine tourmente et avec des audiences orientées à la baisse, Vibration se sépare également en janvier 2008 de son directeur des programmes historique et animateur des débuts, le charismatique Bruno Witek, qui a depuis monté une société de conseil sur la programmation radio. Chez Start, on lui devait notamment la mise en place de quelques formats forts et bien identifiés :le Top 40 (Vibration, Wit FM), la musique urbaine (Ado, Black Box, Sun FM), les musiques latines (Latina).

En février 2010, Yves MALBRANCKE (ex-RMC, Radio France Normandie Rouen, M6, NRJ, actuel directeur délégué de RCI Group) rejoint Sud Radio Groupe au poste de directeur adjoint des programmes, secondé par Anthony LAMOND (ex-Polydor, Epic, Warner Music Group), responsable de la musique du groupe et Philippe MARTY (ex-France Bleu Nord, RFM, Parenthèse radio, BFM Business et actuel directeur délégué aux antennes et à la stratégie éditoriale de Radio France) qui encadre les animateurs et les journalistes de l'ensemble des stations au poste de directeur de l'information et des programmes.

En décembre 2011, le CSA agréé la fusion-absorption des sociétés Start et Sudporters qui contrôlent les sociétés titulaires des autorisations des stations Ado (catégorie D), Ado FM (B), Blackbox (B), Forum (B), Latina (B), Latina FM (D), Sud Radio (B + E), Sud Radio Plus (E), Vibration (B), Voltage (B) et Wit FM (B).

En décembre 2013, la maison mère de Vibration, Sud Radio Groupe (ex-Start), se dote d'un nouveau nom : Groupe 1981, en référence à l'année d'autorisation des radios libres. Ce changement de nom fait suite à la sortie en 2013 de la station Sud Radio du giron du groupe, revendue à Fiducial (groupe de services aux entreprises). Le nouveau groupe souhaite se recentrer sur ses radios musicales et régionales.

En janvier 2014, Vibration lance une grande campagne d'affichage dans les villes où elle émet, sous le slogan "Vibrez". Les affiches sont adaptées à chaque ville, avec la fréquence propre à chaque zone.
En mars 2014, le groupe 1981 nomme deux nouveaux membres au comité de direction : Valérie FAUCONNIER (ex-responsable administrative et financière) comme directrice administrative et financière et Sandra MARTIN (ex-responsable de l'administration des ventes) comme directrice déléguée en charge de la régie publicitaire du groupe, Régie 1981.

En janvier 2014 également, le groupe 1981 s'est diversifié en Afrique, en lançant sa première radio internationale au Bénin, Frissons Radio, à Cotonou, la capitale sur 95.2 Mhz. Cette station couvre 30% de la population du pays et enregistre un démarrage supérieur aux attentes. Elle a été créée avec un partenaire béninois, 2AG Communication. L'ambition est de devenir une radio nationale. Le groupe annonce un développement à venir dans d'autres pays africains.
En juillet 2014, le Groupe 1981 se réorganise et modifie les dénominations et les formes sociales de ses sociétés : Challenge devient la société Vibration, Radio Média France devient la société Forum, Radio Musique Latine devient la société Latina et Intensité devient la société Ado.

Vibration est écoutée quotidiennement par 271 200 auditeurs. (2016)

Le groupe 1981 réalise un chiffre d'affaires de 14.7 millions d'€ en 2017.
En décembre 2017, Sandra MARTIN quitte le groupe
et ses fonctions de directrice déléguée en charge de la régie publicitaire du groupe, Régie 1981. Elle était dans le groupe 1981 (ex-Sud Radio Groupe) depuis 1996.

En janvier 2019
, après 11 ans à Radio Scoop, Alain LIBERTY rejoint le groupe 1981, nommé comme directeur général exécutif. Il est président du SIRTI (Syndicat des Radios et Télévisions Indépendantes) depuis mai 2017.

En avril 2019, Latina
est retenue par le CSA pour émettre au plan national en numérique.
En mai 2019, le groupe 1981 acquiert Ouï FM auprès d'Arthur
(qui l'avait acheté en 2008). Les radios diffusées en numérique terrestre Collector et Radio Life sont également acquises. L'opération est finalisée avec l'appui du fonds 123 Investissements qui prend 5.5% du capital pour soutenir ce rachat. Ouï FM compte 28 émetteurs en France et compte 500 000 auditeurs, et une audience en forte progression, avec une couleur musicale pop rock.
Fin mai 2019, six des neuf antennes du groupe obtiennent d'émettre en numérique dans 15 agglomérations de l'hexagone.
En juin 2019, Vibration obtient sa 32ème fréquence du CSA à Montluçon (94.7 MHz).

Le groupe 1981 réalise un chiffre d'affaires de 18 millions d'euros, incluant OUI FM. Afin de financer le rachat de OUI FM, un fonds d'investissement, 123 IM est entré au capital à hauteur de 5.5%. Le groupe 1981 est contrôlé par la société Cap Radio.

En janvier 2020, Alex WAGNER
, jusqu'ici associé et directeur général délégué, quitte ses fonctions opérationnelles et reste associé et membre du conseil de surveillance, en concentrant désormais sur la stratégie du groupe. Aux fonctions opérationnelles, il est remplacé par Jean-Paul LUBOT (ex-Groupe Hersant, Emap, groupe Marie Claire).

En juillet 2020, Emmanuel RIALS quitte le groupe et ses fonctions de directeur délégué aux relations institutionnelles.
En août 2020, le groupe 1981 nomme Jérome DELAVEAU (ex-Champagne FM, Espace Group, Hit Radio Maroc, Sud Radio, Contact FM, Fugue, Radio Scoop, RMC, Vibration)  au poste de directeur des antennes délégué aux radios régionales du groupe et François QUAIREL (ex-rédacteur en chef et directeur des antennes d'Espace Group et ancien responsable du développement éditorial et journaliste à La Lettre Pro de la Radio) au poste de directeur délégué à la promotion et aux évèvements.

GROUPE 1981 Entendons-nous bien

Audiences médiamétrie "Médialocales" septembre à juin:
2016: 271 200 auditeurs quotidiens
2017
2018: 259 000 auditeurs quotidiens
2019: 243 000 auditeurs quotidiens

3ème radio la plus écoutée et 1ère radio musicale en Indre
3ème radio la plus écoutée dans le Loir et Cher
2ème radio la plus écoutée et 1ère radio musicale dans le Loiret


Groupe 1981 (Vibration, Forum, Ado, Latina, Voltage, Wit, Blackbox, Ouï FM) :
Jean-Eric VALLI, Président et associé,
Laurent DUMAY, directeur général délégué aux programmes et associé,
Alex WAGNER, (ex-directeur général délégué aux projets de croissance externe et de développement commercial du Groupe), associé et membre du conseil de surveillance
Alain LIBERTY, directeur général exécutif et associé,
Arnaud VIGORdirecteur général délégué à la régie publicitaire,
Valérie FAUCONNIER : directrice générale (directrice administrative et financière),
Jean-Paul LUBOTdirecteur général délégué en charge de la stratégie et du développement
Jérome DELAVEAU, directeur des antennes délégué aux radios régionales du groupe,
François QUAIREL, directeur délégué à la promotion et aux évènements,
François FYON, directeur d'antenne et des programmes

Fréquences :
Moulins (03) 98.7 MHz,
Montluçon 94.7 MHz (après parution au Journal Officiel)
Sancerre (18) 106.9 MHz
Saint-Amand Montrond 93.7 MHz
Bourges 98.6 MHz
Vierzon 90 MHz
Nogent le Rotrou (28) 102
Châteaudun 101.7 MHz
Châteauroux (36) 102.6 MHz
Le Blanc 91.5 MHz
La Châtre 94.7 MHz
Argenton sur Creuse 104.5 MHz
Issoudun 102.8 MHz
Loches (37) 100.8 MHz
Tours 101.7 MHz
Vendôme (41) 93.4 MHz
Blois 90.3 MHz
Romorantin-Lanthenay 93.1 MHz
Gien (45) 92.4 MHz
Montargis 93.4 MHz
Orléans 102 MHz
Pithiviers 88.1 MHz
Angers (49) 102.1 MHz
Château-Chinon (58) 106.6 MHz
Nevers 100.8 MHz
Autun (71) 92.21 MHz
Le Mans (72) 102.1 MHz
Mamers 102.4 MHz
Sens (89) 95.1 MHz
Auxerre 106.6 MHz
Etampes (91) 101.7 MHz
Dourdan 101.3 MHz

En RNT :
Nantes (juin 2019)
Angers
Mâcon
Cluny

www.vibration.fr/



Music hit radio ; vibration
(Jingle - 1998)

Vibration joue la maxi musique toutes les heures
(Jingle - 2000)

The best music, Vibration
(Jingle - 2000)


Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir



- Ses publicités
- Ses photos




> Vous avez d'autres informations ou documents sur cette radio ? Contactez-nous !


© SchooP - 2000-2020 - Reproduction interdite sans autorisation